Forum Johnny Hallyday Le Site


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Johnny Hallyday : "Ce film, c'est un peu ma vie"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Doudou



Nombre de messages : 19130
Age : 66
Localisation : "De l'Amour"
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Johnny Hallyday : "Ce film, c'est un peu ma vie"   Dim 23 Mar 2014 - 15:57

Johnny Hallyday : "Ce film, c'est un peu ma vie"

Marseille / Publié le Dimanche 23/03/2014 à 12H27

Trois ans après "Vengeance", de Johnnie To, Johnny est de retour au cinéma dans le dernier film de Claude Lelouch, "Salaud".




En pleine forme, détendu, Johnny Hallyday a répondu à nos questions tout en fumant des Gitanes sans modération...
Photo DR



Tourner avec Claude Lelouch, c'était vraiment une envie que vous aviez depuis longtemps ?

Oui, depuis L'aventure c'est l'aventure en 1971, dans lequel je jouais mon propre rôle, je rêvais de tourner avec lui. Le temps passait et je n'espérais plus à vrai dire. Mais ça ne venait pas . J'avais fini par me dire que j'allais mourir avant qu'il me propose un rôle. À mon sens, c'est un des rares réalisateurs français qui sait raconter des histoires. Claude Sautet était comme ça aussi.

Le film est inspiré de la vie sentimentale et familiale de Claude Lelouch. Mais d'une certaine manière, elle entre en résonance avec votre propre vie.

Dans Salaud, on t'aime, Claude raconte l'histoire d'un homme qui a négligé sa famille au profit de son métier. Il est photographe de guerre et d'une certaine manière, il s'est davantage préoccupé de ses appareils photo que de sa famille. C'est un peu sa propre histoire, ses femmes, ses enfants. J'ai l'avantage de connaître Claude Lelouch depuis très longtemps. C'est un ami. Je connais un peu sa vie mouvementée, aussi bien sentimentale que professionnelle. Elle n'est pas tellement éloignée de la mienne. Quand il m'a proposé ce scénario je lui ai dit "C'est un peu de nos vies à nous deux". C'est le scénario qui m'a touché. C'est un film sur le mensonge et sur le moment où il faut bien rétablir la vérité.

La méthode Lelouch laisse une large place à l'improvisation. N'était-ce pas déstabilisant pour vous ?

Tourner avec Lelouch c'est formidable parce qu'il aime les acteurs. Et qu'il crée une ambiance familiale sur le plateau. D'ailleurs, le dernier jour de tournage, j'étais très meurtri. C'était un bon moment de vie qui s'arrêtait.
Au début, j'apprenais les textes par coeur. Mais quand on arrivait sur le plateau, tout ce que j'avais appris ne servait à rien puisque, les situations étaient les mêmes, mais il avait tout changé, le lieu de tournage, les dialogues... C'est vrai que c'est un peu déstabilisant. Donc j'ai décidé de ne plus apprendre mon texte. Je laissais Claude me guider. Il laisse beaucoup de place à l'improvisation et l'instinct. Dans une scène de Salaud, on t'aime, ma fille m'insulte à table de manière très violente. Je ne m'y attendais pas du tout. Je l'ai pris dans la tronche. Tout d'un coup, on n'était plus au cinéma. C'était comme si c'était ma propre fille qui me disait des choses terribles. Ces moments de surprise ça m'a beaucoup aidé. D'ailleurs, j'ai pleuré à ce moment-là alors que ce n'était pas du tout prévu. Mais attention, improvisation ne veut pas dire qu'on fait n'importe quoi. Au final, le film n'est pas très éloigné du scénario qu'il m'avait donné à lire.

Dans le film vous avez pour partenaire pour la première fois, Eddy Michell, votre ami dans la vie...

Avoir pour ami à l'écran, quelqu'un qui ne soit pas mon ami dans la vraie vie ou que je n'apprécie pas, ça aurait été plus compliqué. Avec Eddy, on s'est connu quand on avait 13 ou 14 ans. On a débuté ensemble. On a fréquenté le Golf Drouot. Avec Eddy, je n'ai pas l'impression de jouer la comédie mais d'être comme dans la vie. On est entre potes mais complètement différents. Eddy est plus cérébral, davantage dans le second degré. Moi, je joue plus à l'instinct. Lui, il n'aime ni la montagne, ni la piscine, ni rien. Moi j'aime tout. On se complète très bien, en fait.

Pourtant on a souvent cherché à vous opposer...

Oh ça, se sont des inventions. On oppose toujours le chanteur en place et celui qui arrive. J'ai connu ça avec Adamo, avec Vince Taylor, Moustic et d'autres encore. Je me souviens qu'un journal pour jeunes avait titré "Johnny c'est fini, Moustic arrive !" . Moi, je suis toujours là, mais Moustic, où est-il ? Mais, avec Eddy, je n'ai jamais eu de rivalité. D'abord, parce qu'on aimait la même musique. Je lui faisais écouter mes chansons avant qu'elles sortent sur disque. Et lui faisait pareil avec les siennes. Quand l'un avait du succès, l'autre était très content. Et inversement.

Dans le film vous chantez ensemble sur "My Rifle, my Pony and me", avec Dean Martin et Ricky Nelson dans une scène de "Rio Bravo". Le western, le cinéma, la chanson, ce sont vos passions communes non ?

Au départ, la scène n'était pas écrite comme ça. C'est Eddy et moi qui avons proposé que les deux personnages chantent un peu faux, un peu mal. Après tout, l'un est photographe et l'autre médecin. Il n'y aucune raison pour qu'ils chantent comme Eddy Mitchell et Johnny Hallyday.

C'est difficile, pour vous, de mal chanter ?

Au contraire, c'est très facile (rires).

Avec Eddy, vous aviez également joué dans "Les Parisiennes" en 1962.

On n'a pas vraiment tourné ensemble puisqu'on était dans des sketches différents. Mais on se retrouvait à la cantine. Lui, il avait pour partenaire Dany Saval qui n'était pas encore la femme de Michel Drucker, et moi je jouais avec Catherine Deneuve. Le film n'était pas génial mais on était jeunes, on était insouciants, on découvrait le cinéma. On était heureux.

Dans la vingtaine de films que vous avez tournés, quels sont vos préférés ?

Celui-ci sans doute. Et inévitablement, L'homme du train de Patrice Leconte. Ce sont les deux films dont je suis le plus fier. J'ai bien aimé, aussi, tourner Jean-Philippe de Laurent Tuel dans lequel j'interprète un Jean-Phlippe Smet qui ne serait pas parvenu à devenir Johnny Hallyday. C'est à cette occasion que j'ai rencontré Fabrice Lucchini. C'est un acteur fou et génial. C'était vraiment un bonheur de le rencontrer. Il parle, il parle, il parle. On n'y comprend rien et, d'un coup, ça devient évident.

Vous avez même tourné un western spaghetti...

Oui, Le spécialiste. J'avais vu Le grand silence, un western vraiment magnifique et original réalisé par Sergio Corbucci avec Jean-Louis Trintignant et Klaus Kinski. Une histoire d'amour et de vengeance qui se déroulait dans des paysages enneigés. C'est d'ailleurs une des influences majeures de Quentin Tarrantino pour Django Unchained. J'ai été tellement impressionné par le film que je suis allé, moi-même, à Rome pour rencontrer le réalisateur et lui proposer de tourner avec lui. Bon, le film n'est pas aussi réussi que Le Grand silence mais il était pas mal. Ce n'est pas le seul western dans lequel j'ai joué. On ne le sait pas mais Point de chute de Robert Hossein en 1970 était au départ un scénario de western pour Sergio Leone. Mais il a renoncé. Robert Hossein l'a récupéré et adapté à l'époque moderne. Un beau film dans lequel je ne disais pas un seul mot.

Dans le film, vous êtes photographe. Est-ce une allusion aux paparazzis qui vous ont traqué tout au long de votre carrière ?

Non pas du tout. Mon personnage est photographe de guerre. C'est quelqu'un qui prend des risques pour informer. Certains même meurent en exerçant leur métier. C'est tout à fait différent. Je crois que mon personnage est photographe parce que c'était la profession de Claude de Lelouch avant d'être cinéaste.

Le film parle aussi de la mort est ce que ça résonne avec ce qui vous est arrivé...

C'est quelque chose qui est inévitable. Ça nous concerne tous. Le plus tard possible j'espère. C'est un peu l'angoisse de tout le monde. Il y a des gens qui croient à une vie au-delà de la mort. Mais moi je crois que tout s'arrête. La peur de la mort, c'est la peur de ne plus voir les gens qu'on aime, que la vie continue à tourner sans nous. Sinon...

Quand vous reverra-t-on en concert à Marseille ?

En 2015 pour la prochaine tournée. Promis.

Propos recueillis par Jacques Corot




http://www.laprovence.com/article/loisirs/2802884/johnny-hallyday-ce-film-cest-un-peu-ma-vie.html





Revenir en haut Aller en bas
JH 89



Nombre de messages : 1259
Age : 68
Localisation : Yonne
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Johnny Hallyday : "Ce film, c'est un peu ma vie"   Dim 23 Mar 2014 - 16:11

Merci Doudou...
Revenir en haut Aller en bas
flo



Nombre de messages : 2159
Age : 26
Localisation : isère
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Re: Johnny Hallyday : "Ce film, c'est un peu ma vie"   Dim 23 Mar 2014 - 18:10

Vivement 2015!
Revenir en haut Aller en bas
RAFALE10



Nombre de messages : 6426
Age : 39
Localisation : Haute Marne
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Johnny Hallyday : "Ce film, c'est un peu ma vie"   Lun 24 Mar 2014 - 19:59

Merci pour la lecture Doudou  Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Johnny Hallyday : "Ce film, c'est un peu ma vie"   Aujourd'hui à 20:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Johnny Hallyday : "Ce film, c'est un peu ma vie"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lelouch cherche figurants pour film avec Johnny Hallyday
» Johnny Hallyday en 3D dans le film Titeuf
» Johnny Hallyday revient... au cinéma !!
» Un mystère de la filmographie de Johnny Hallyday
» Johnny Hallyday et Claude Lelouch au vernissage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Johnny Hallyday Le Site :: Infos :: Presse-
Sauter vers: