Forum Johnny Hallyday Le Site


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 nicematin.com - nny : conversation avec le Boss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tessy_monologue



Nombre de messages : 610
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: nicematin.com - nny : conversation avec le Boss   Lun 30 Jan 2012 - 14:39

NICEMATIN.COM
Johnny : conversation avec le Boss
Publié le dimanche 29 janvier 2012 à 16h00

C'est en toute simplicité que Johnny nous a reçus hier dans sa suite du Majestic, à Cannes. Dominique Jacovides/agence BestImage

A l’occasion de sa venue à Cannes pour les NRJ Music Awards, la star a reçu en exclusivité Nice-Matin pour parler de sa tournée, son nouvel album, son entourage... et de tous ceux qu’il aime.

Notre dernière rencontre s’était faite dans les loges du Sporting Club de Monaco, à la fin d’une série de concerts qui devaient sceller sa dernière tournée. Deux jours plus tard, une chute sur le pont d’un bateau, au large de la Principauté, déclenchait une série d’événements qui faillirent lui coûter la vie. Revenu d’entre les morts, c’est un nouveau Johnny que l’on retrouve deux ans plus tard. Regonflé à bloc, prêt à repartir sur les routes pour une tournée de « come-back », qui débutera le 14 mai à Montpellier et passera par Nice le 30 juin et Monaco les 19, 20 et 21 juillet. Pendant près d’une heure, avant d’aller remettre un trophée à Shakira et de jouer avec son groupe sur la scène du Palais des Festivals, Johnny a répondu à toutes les questions que l’on se posait sur sa nouvelle vie, n’éludant que le volet politique. On ne saura pas s’il compte revoter Sarkozy ou s’exiler à Gstaad, si François Hollande est élu. Par contre, vous saurez tout sur son nouveau spectacle, son prochain album, ses projets et son rendez-vous manqué avec Madonna. Rencontre avec le Boss, dans sa suite du 7e étage du Majestic, tee-shirt à tête de mort, bracelets et bagues vaudou (cadeaux de Laetitia et Laura), petits yeux (couché à 6 heures), tatouages sur tous les bras, une cigarette au bec et des mégots, plein le cendrier…

Vous n'aviez pas arrêté de fumer ?
Si, j'ai tenu trois mois. J'ai recommencé comme un con, il y a deux jours. J'ai eu pas mal de soucis avec ma fille, comme vous le savez sans doute. Je vais m'arrêter à nouveau, mais c'est difficile (dit-il en allumant une autre Gitane sans filtre).
Vous avez des nouvelles de votre fille Laura ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?
Elle se fait soigner de nouveau. Pourtant elle était clean. On a passé Noël en famille à Gstaad. Non vraiment, je ne comprends pas… (1)
Il s'est passé beaucoup de choses depuis notre dernière rencontre. Tout a changé autour de vous...
Oui, j'ai ressenti le besoin de me remettre en question, de faire table rase du passé. C'est ma façon à moi de me ressourcer.
C'est quelque chose que vous aviez déjà fait ?
Oui, deux fois. La première, c'était il y a une vingtaine d'années. Quand on est un artiste et qu'on a une carrière un peu longue, il faut de temps en temps changer d'équipe. Malgré eux, quoi qu'on y fasse, les gens s'installent dans une routine, prennent de l'âge, ont peut-être moins envie. Nous, on a besoin, au contraire, de gens qui bougent, d'idées nouvelles, de sang neuf. Moi, en tout cas, je fonctionne comme ça.
Se séparer de tous vos anciens collaborateurs a été une décision difficile ?
Oui, c'est toujours dur, car on s'attache aux gens, forcément. Il y a des liens d'amitié qui se créent. Mais le côté artistique l'emporte au final sur l'affectif. Je fais un métier où on n'a pas le droit de stagner. Il faut avancer, se renouveler, chercher de nouvelles idées.
Avez-vous changé aussi ?
Non, je ne crois pas. Je suis peut-être plus serein avec moi-même. J'ai pris conscience de l'importance de la famille. J'ai eu peur non pas de mourir, mais de laisser mes enfants dans les ennuis. Tout ce que je fais aujourd'hui, je le fais pour eux, pas pour moi.
Vous aviez annoncé que vous vous retiriez de la scène. Qu'est ce qui vous a fait changer d'avis ?
Je n'aime pas les choses inachevées et cette tournée, je ne l'avais pas terminée. Ensuite, je me suis rendu compte pendant ma convalescence forcée que cela allait être terrible de ne plus monter sur scène. J'en ai conclu que s'il fallait arrêter, en tout cas, ce n'était pas le bon moment.
Pourtant votre plan était arrêté. Vous deviez faire du théâtre, du cinéma…
Et c'est ce que j'ai fait. J'ai joué cette pièce de Tennessee Williams, pour laquelle je m'étais engagé (Un Paradis sur terre, Ndlr). Mais je ne pouvais pas m'en tenir là. Si j'ai voulu faire cette tournée, c'est parce que je n'avais pas terminé l'autre.
Les considérations financières n'ont pas joué ?
Les assurances me doivent encore de l'argent pour l'annulation de la fin de ma tournée. On se bat pour le récupérer, mais ce n'est pas simple.
Cette tournée, c'est une façon de terminer quelque chose ou de recommencer ?
Honnêtement, je n'en sais rien. Je ne peux pas le dire aujourd'hui. On part pour un an, on va faire plein de dates à l'étranger : Moscou, Londres, Los Angeles, New York, Tel Aviv, le Canada… C'est quelque chose que je n'ai pas fait depuis très longtemps et ça me rappelle le temps où je tournais beaucoup en Espagne en Italie, au Japon. J’aimais beaucoup ça. Mais mes productions étaient devenues tellement énormes que c’était difficile de les exporter à l’étranger. Jean-Claude Camus préférait qu’on reste en France. Quand j’ai fait le concert à Las Vegas, on s’est plus intéressé à l’organisation du voyage des fans qu’au spectacle lui-même. Ca a été une erreur et je n’en garde pas un très bon souvenir. Mon nouveau producteur Gilbert Coullier a trouvé une solution maligne pour ne pas avoir à transporter la scène et les décors à l’étranger, car c’est ce qui coûte le plus cher. On fera tout construire sur place, ce qui permettra de mieux s’adapter aux salles…
A quoi ressemblera le nouveau spectacle ?
Une première partie rock’n’roll avec des effets spéciaux, une partie acoustique plus dépouillée, et une troisième partie avec un grand orchestre symphonique. C’est Yvan Cassar qui a écrit les arrangements orchestraux des cinq ou six chansons comme « Poème sur la 7e » ou « Marie », qui se prêtent le mieux à ce type de traitement. Un peu comme j’avais fait au Stade de France en 1998…
Ce sera aussi spectaculaire que vos derniers shows?
Plus, j’espère. J’ai demandé au Canadien Yves Aucoin de s’occuper de la scénographie. C’est lui qui a conçu le sublime spectacle de Céline Dion à Las Vegas et celui du Cirque du soleil sur les Beatles, Love. Il m’a proposé des trucs géniaux. Je ne veux pas trop en dévoiler, mais il y a, notamment, une boule de métal à la Mad Max comme celles qui détruisent les immeubles et à l’intérieur de laquelle je devrais faire mon entrée. Vous savez que je tiens beaucoup à soigner mes entrées. Les costumes de scène seront créés par Sarah Burton de chez Alexander McQueen.
Comment sera composé le groupe ?
J’ai gardé les musiciens qui m’accompagnaient sur la dernière tournée et, notamment, Robin Lemesurier qui est mon guitariste depuis longtemps. Il y a juste Yarol Poupaud, le frère de l’acteur Melvil Poupaud, qui nous rejoint à la guitare et à la direction d’orchestre. C’est lui qui m’accompagnait à la Tour Eiffel pour le concert de Live@home, que TF1 va diffuser le 17 février.
Comment vous êtes-vous rencontrés?
Il jouait le guitariste de mon groupe dans la scène du film Jean Philippe, où je montais sur scène au Stade de France. Comme on s’ennuie toujours beaucoup à attendre sur un plateau de cinéma, on avait improvisé quelques chansons ensemble devant les figurants qui attendaient avec nous. J’en avais gardé un bon souvenir. Et puis je l’ai retrouvé par hasard quand j’ai fait mon « Taratata », pour l’album avec Mathieu Chedid. Mathieu lui avait demandé de venir faire la deuxième guitare. Quand j’ai vu le résultat, je lui ai demandé d’être mon guitariste sur cette tournée et il a accepté.
C’est Louis Bertignac qui assurera les premières parties. Son ancien groupe, Téléphone, fut peut-être votre seul rival…
À leur grande époque, ils attiraient plus de monde que moi. Mais je me consolais en me disant que c’était un groupe, pas un chanteur (rires). Je ne les considérais pas vraiment comme des rivaux. J’essaie aussi d’avoir les BB Brunes sur certaines dates de la tournée. Et il y aura des invités. Christophe Mae m’a dit hier qu’il viendrait, Shy’m aussi…
Vous êtes à Cannes pour les NRJ Music Awards. Voyez-vous, dans les artistes qui vont être récompensés, des gens qui pourraient assurer votre relève ?
Oh, il y a beaucoup d’artistes très talentueux, parmi eux. Et certains, comme Christophe, font déjà de très belles carrières. Je vais remettre un prix à Shakira que j’aime beaucoup aussi . Il semble d’ailleurs que je sois destiné à lui remettre des prix, car ils m’avaient déjà demandé de le faire il y a trois quatre ans. On va finir par jaser! (rires)
Vous parliez de l’album avec M. Est ce que l’accueil qui lui a été réservé vous a déçu ?
C’est un peu l’album de ma renaissance. Je ne l’ai pas fait en me disant que j’allais cartonner avec ça. Ce n’est pas un disque à tubes, plutôt un truc de musiciens, de copains. Je suis même surpris qu’on en ait vendu pas loin de 200 000. Moi, je l’aime bien, ce disque, et je suis sûr que plein de gens l’apprécient aussi. Le prochain, que je vais enregistrer en août et qui sortira en octobre, sera plus commercial, plus dans mon style habituel.
Que gardez-vous de votre expérience au théâtre?
Ca a été vraiment formidable. Je l’ai fait parce que c’était un pari à relever et que j’aime ça, mais j’y ai drôlement pris goût. Il me tarde d’ailleurs de retrouver la troupe pour partir en tournée. C’est prévu pour 2013. Et je regarde deux ou trois pièces qu’on m’a proposées, dont une d’Amanda Sthers. J’aimerais bien trouver le temps de les jouer.
Et le cinéma?
J’ai un projet avec Tony Scott et Mickey Rourke, mais je n’ai pas trop de nouvelles…
Vous regardez le parcours de Jean Dujardin et de The Artist?
Oui, c’est formidable. J’ai vu le film et j’ai écrasé ma larme à la fin. J’ai trouvé ça merveilleux. C’est muet, en noir et blanc, et malgré tout très moderne. Je serai ravi que Dujardin gagne, car je l’aime beaucoup et ce serait mérité. D’ailleurs, je pense qu’il a de bonnes chances.
Dick Rivers nous disait qu’Elvis est sa religion. C’est toujours la vôtre ?
Je ne vais pas aussi loin. J’adore Elvis, j’ai découvert le rock grâce à lui, mais je n’en fais plus une idole absolue. Il y a eu du monde après lui, quand même…
Bruce Springsteen par exemple ? On vous appelle « le boss » tous les deux et il représente un peu pour les Américains ce que vous êtes aux Français : une sorte d’incarnation du pays lui-même…
C’est difficile pour moi de répondre à ça. J’espère. Pour certaines personnes, je peux effectivement représenter cela, je suppose. Mais pas pour tout le monde.
Vous parlez souvent de votre amitié avec Jimi Hendrix, mais on sait peu que vous avez aussi côtoyé Jim Morrison, le chanteur des Doors, avant sa mort à Paris. Pourquoi cette discrétion ?
Je n’ai pas grand-chose à en dire. Il n’était pas au mieux de sa forme et ne parlait pas beaucoup. Le plus souvent, on se retrouvait assis sur le trottoir du Rock’n’Roll Circus à 7 heures du matin, Et il était complètement défoncé. ça ne laisse pas beaucoup de souvenirs à raconter. Mais c’était un garçon charmant.
Et Madonna?
Elle se couche trop tôt pour moi. Pour le premier de l’an à Gstaad, elle nous a fait dire par des amis communs qu’elle voulait qu’on se rencontre. Je l’ai appelée à une heure du matin pour lui dire de nous rejoindre à la fête, mais on m’a dit qu’elle était déjà partie se coucher. Dommage!
La fin du monde en 2012, ça vous tracasse?
Non, pas du tout. La tournée va au-delà du 21 décembre, et j’ai une pièce à jouer en 2013. Donc ce n’est pas possible. Les Mayas ont dû se tromper!

http://www.nicematin.com/article/johnny-conversation-avec-le-boss.770000.html
Revenir en haut Aller en bas
Jeanmi



Nombre de messages : 7484
Age : 54
Localisation : Neuville (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: nicematin.com - nny : conversation avec le Boss   Mar 31 Jan 2012 - 9:35

Merci pour la lecture Wink
Revenir en haut Aller en bas
 
nicematin.com - nny : conversation avec le Boss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nicematin.com - nny : conversation avec le Boss
» [TRANS] Conversation Twitter
» Bientôt un livre???
» Choix d'un micro pour enregistrement
» The Gil Evans Orchestra Plays The Music Of Jimi Hendrix (1974)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Johnny Hallyday Le Site :: Infos :: Presse-
Sauter vers: